La précarité ?

« Qui n'offre nulle garantie de durée, de stabilité, qui peut toujours être remis en cause. » C’est ainsi que le dictionnaire français Larousse définit l’adjectif précaire. Quant aux Suisses, comment définissent-ils la précarité ? Pour quelle raison se sentent-ils dans une situation de précarité ? Découvrez leurs réponses en visionnant notre micro-trottoir.

Étudiantes sans le sou

Tous les étudiants ne sont pas égaux face à leurs études. Les uns bénéficient d’aides étatiques, certains de parents généreux alors que d’autres n’ont que leur imagination et leur créativité. Pourtant, pour pouvoir rêver d’un avenir meilleur, accéder aux études et se former reste une priorité. Deux étudiantes se livrent et nous confient leurs astuces d’épargnes afin de pouvoir étudier tout en menant une vie digne, même si la précarité est omniprésente.

Je peux squatter ton canapé ?

Continuer à payer son crédit hypothécaire ou squatter une maison ? Les difficultés financières vont généralement de pair avec une précarité du logement. Les étudiantes rencontrées préfèrent habiter des appartements insalubres plutôt qu’alourdir leur budget serré d’un loyer trop élevé. Un choix de vie temporaire. Lorsqu’une famille se retrouve dans une situation précaire, le crédit de la maison peut paraître un fardeau, alors qu’en fait il n’en est rien. Découvrez pourquoi dans notre reportage.

Je suis pauvre, c'est grave docteur ?

Ne se rendre chez le dentiste qu’en cas d’urgence, repousser les contrôles chez l’ophtalmologue et ignorer les grippes, tel est le plan d’épargne santé d’une famille. Les étudiantes ont elles aussi leurs plans B : utiliser les douches universitaires et faire l’impasse sur les produits de beauté. Mais lorsqu’on vieillit, c’est toute autre chose qui nous attend. Heureusement, les CMS (centres médico-sociaux) prodiguent des soins aux plus faibles et aux défavorisés.